Prenez-en, de la graine!

Avant que vous n’ayez des mauvaises pensées, sachez que ce billet parle de culture.

De culture maraîchère, pour être précis.

Si c'est pas le plus délectable nom de laitue que vous ayez jamais vu, je ne peux rien pour vous.

Je sais qu’il est un peu tard pour parler de semis, mais qu’est-ce que vous voulez, j’ai eu un printemps occupé et surtout, avec le temps qu’il fait et le soleil qui se pointe finalement avec une apparente possibilité qu’il soit un peu plus présent dans les prochains jours, peut-être aurez-vous le temps, comme moi (du moins je l’espère) de finalement planter votre potager, ou en tout cas de compléter l’opération.

Ou sinon, ben, prenez des notes pour l’an prochain. La terre est patiente.

Et il y a des trucs qui se sèment jusqu’en juillet, voire même en semis d’automne, alors ce que je vais vous dire là pourrait vous servir tout de suite ou pour longtemps.

Il s’agit d’endroits où trouver des semences bio, souvent originales, souvent patrimoniales et aussi agréables, sinon plus, à faire pousser et à déguster que les semences habituelles de votre méga centre de jardin local.

Prenez par exemple La société des plantes, située à Kamouraska – ou plus précisément, dans le si joliment nommé Rang de L’Embarras de Kamouraska. Patrice Fortier, le patron de l’endroit, y offre une grande variété de semences de plantes maraîchères, du Tomatillo Indian Strain à la carotte blanche du Doubs en passant par les crosnes du Japon (que j’adore faire pousser), les haricots “petit carré de Caen” et ma préférée de toute, la laitue la plus joliment nommée au monde: la Grosse Blonde Paresseuse, ainsi nommée parce qu’elle ne s’énerve pas pour monter en graine quand les grosses chaleurs arrivent et qu’elle reste gentiment en pomme rondelette et savoureuse. J’en ai l’eau à la bouche rien que d’y penser.

Je vais la semer la semaine prochaine. J’ai déjà en terre de la laitue Bacquieu, qui pousse très bien. La Bacquieu est hâtive, et quand elle sera récoltée, la Grosse Blonde Paresseuse prendra (doucement) le relais.

Je pourrais probablement tout prendre là, mais au moment où j’ai acheté mes graines, lors de la fête des semences de la coopérative La Mauve, à Saint-Vallier de Bellechasse, en mars, il y avait plein de producteurs de semences et j’ai fouiné un peu partout à la recherche de trucs particuliers. (Si vous êtes attentif, vous verrez certainement une de ces fêtes, genre de salons des graines en tous genres, quelque part près de chez vous, quand le temps des semis d’intérieur approche.

Par exemple, au comptoir de la Ferme Coopérative Tourne-Sol, j’ai pris des haricots (secs – enfin, destinés à l’être) Ireland Creek Annie, parce que c’est la variété la plus hâtive que je pouvais trouver et que c’est la première fois que j’essaie ces légumineuses. Et c’est aussi là que j’ai pris un mélange de moutardes piquantes, parce que c’est bon, intense, délicieux pour donner du pep à une salade ou en les faisant tomber au beurre rapidement dans la poêle, seule ou avec d’autres légumes.

J’avais aussi pris des graines de tomates des semences De Notre Jardin, à Huberdeau, mais dans ce cas, tristement, j’ai raté mes semis d’intérieur et je devrai me reprendre avec des plants, cette semaine. Et mes concombres, qui avaient bonne mine, se sont fait écraser par les pluies violentes des derniers jours. Je ferai mieux l’an prochain.

Ceci dit, ce n’est pas le choix qui manque pour vous procurer des semences bio, et voici quelques liens qui pourront certainement vous être utiles, si vous avez le goût de potager, cet été et/ou les prochains:

  • Les jardins du Grand Portage, à Saint-Didace, fondés par Yves Gagnon, qui a écrit également plusieurs livres éclairants sur la culture biologique.
  • Mycoflor, à Stanstead, axé sur les semences historiques et l’ethnobotanique.
  • La Ferme biologique de Bullion, à Saint-André-d’Argenteuil, dans les Laurentides, qui fait aussi dans les paniers bio.
  • Les Jardins de l’écoumène, à Saint-Damien, dans le nord de Lanaudière, spécialisés eux aussi dans les semences de variétés historiques.

D’ailleurs, puisque je parlais des paniers bio de la Ferme de Bullion, peut-être un petit rappel que les saisons d’été de ces livraisons hebdomadaires de légumes, de fruits, de viande, etc., commencent à peu près maintenant. Il est peut-être un peu tard pour vous inscrire, dans certains cas, mais il peut rester des places ici et là – la liste des fermiers de famille d’Équiterre est pas mal longue et je sais qu’il restait quelques places disponibles pour ceux, très variés, de la coopérative où je prends fidèlement mes paniers depuis 2005, La Mauve. Et sinon, il y a toujours l’année prochaine. Tout ça est un éternel recommencement.

Posted in français | Tagged , , , , , , | 2 Responses

À l’envers, à l’endroit: quelques mots sur Wajdi Mouawad et Bertrand Cantat

Souvent, je me couche tard, alors c’est au beau milieu de la nuit dernière que j’avais vu la nouvelle atterrir dans ma boîte de réception avec le courriel quotidien du Devoir: Bertrand Cantat sera sur la scène du TNM, l’année prochaine, en tant que musicien. Contexte: une trilogie de tragédies de Sophocle (autour de personnages tragiques féminins, rien de moins), mise en scène par Wajdi Mouawad.

Je suis allé me coucher avec des sentiments très ambigus sur la chose. Comme pour tout ce qui entoure Bertrand Cantat depuis 2003.

L’écheveau

Je n’y avais pas repensé de la journée, trop occupé à rattraper des retards, jusqu’à ce que je tombe, en début de soirée, en passant par Twitter, sur un échange entre Véronique Robert, Nadia Seraiocco et Simon Jodoin sur Twitter. Un échange nuancé et intelligent où Véronique Robert, avocate de la défense, rappelait la gravité du geste de Cantat, en se demandant si on lui pardonnait plus facilement, parce qu’il est artiste, qu’on le fait quand il s’agit d’un des gars ordinaires qu’elle représente en cour.

À quatre, on s’est posé des questions sur la nature du geste de Wajdi Mouawad- politique ou artistique, provocation ou réhabilitation – et sur la nature du pardon dans notre société. On n’a rien réglé, je crois qu’on a surtout soupesé de l’ambiguité: on a cerné des aspects du problème mais on n’a pas démêlé l’écheveau de tout ça.

Essayez si ça vous chante, mais moi, en tout cas, je n’y arrive pas. Je crois que dans la vraie vie, les écheveaux ne se démêlent pas vraiment: le bon et le moins bon, ça vient ensemble.

Par bribes de 140 caractères, on a parlé de tragédie grecque, aussi, pas juste à cause de Sophocle, mais aussi parce qu’un gars comme Cantat – que son parcours d’artiste avait fait percevoir comme un “juste”, presque un redresseur de torts – le voir devenir meurtrier, puis le voir vivre le suicide de la mère de ses enfants, l’année dernière, ça tient pas mal de la tragédie grecque.

Est-ce que c’était à ça que songeait Wajdi, cet être «excessif et en même temps très juste», comme je le désignais dans le premier vrai billet de ce blogue, en invitant Cantat à venir jouer sur scène dans sa pièce? Est-il à la recherche d’une vraie, d’une profonde catharsis?

Peut-être bien. J’en sais rien. Je suis pas dans sa tête. Mais je me doute bien qu’il n’a pas faire ça juste pour faire son cute.

Vous avez vu Incendies? Vous savez, ce film que tout le monde louait pour sa puissance terrible – une puissance alimentée, pour le meilleur et pour le pire, par des mécanismes de tragédie grecque: le meurtre, la vengeance, l’inceste… Vous me direz ce vous en pensez, mais personnellement, je crois reconnaître le même homme dans les deux gestes.

À l’envers

Pendant qu’on échangeait sur Twitter (avec Marie-France Bazzo, on a aussi évoqué le rapport entre l’art et la vie, on a parlé de Céline – l’auteur, pas la chanteuse), j’ai ressorti un papier que je garde sur mon bureau depuis huit ans, où j’ai griffonné à la course, quand je les avait entendus au Téléjournal, les mots de Vincent Trintignant saluant sa soeur Marie à ses funérailles:

«Dans ta boîte blanche, c’est pas vraiment toi, puisque tu es dans mon coeur et qu’on peut pas être partout à la fois.»

Ça m’avait viré à l’envers à l’époque, ça m’avait fait pratiquement le même effet quand j’ai retrouvé le papier en question il y a deux ou trois jours – juste à temps pour ce coup de théâtre. Et en le relisant ce soir, ça me disait encore une fois à quel point toute cette histoire est douloureuse, de tant de façons.

J’ai aussi fouillé dans les interwebs pour réécouter quelques chansons de Noir Désir, pour me refaire une idée, pour voir où en était mon malaise – un malaise apparenté, je crois, à celui qui a mené le guitariste Serge Tessot-Gay à quitter le groupe en évoquant notamment «un sentiment d’indécence qui caractérise la situation du groupe depuis plusieurs années».

Noir Désir s’est sabordé – avec raison, puisque ce qui est arrivé en 2003 a pourri pour de bon tout ce qu’aurait pu faire le groupe. C’était normal qu’ils essaient de s’y remettre, c’est un groupe qui faisait les choses avec sérieux, qui avait touché tant de gens profondément, sur vingt bonnes années de carrière active et significative, mais c’était aussi normal et inévitable que ça ne marche pas.

À l’écoute, je l’ai constaté, le malaise n’est pas passé. J’ai toujours du mal à entendre des chansons de Noir Désir, même reprises par d’autres. Je ne suis pas le seul dans mon cas, loin de là. L’ambiguité du sentiment éprouvé s’est même peut-être renforcée en faisant le contraste, une fois de plus, entre la beauté de chansons comme Le vent l’emportera, À ton étoileÀ l’envers, à l’endroit et la violence pure du geste commis par Cantat.


On dirait qu’il est temps pour nous d’envisager un autre cycle
On peut caresser des idéaux sans s’éloigner d’en bas
On peut toujours rêver de s’en aller mais sans bouger de là


Alors voilà. Depuis 24 heures, on aura pensé au deuil, à la mort et à la vie éternelle, aux crimes, aux châtiments et au pardon, à l’artistique et au politique, à la tragédie grecque et à la chanson. Et Cantat n’est même pas monté sur scène, n’a pas joué une note, Wajdi n’a pas dit un mot non plus.

Très fort Wajdi, très fort. Pas facile, peut-être pas très correct, mais vraiment pas inutile.

Posted in français | Tagged , , , , , , , | 10 Responses

Le monde s’en va sur la bum

Comme beaucoup de monde – en tout cas, beaucoup de monde dans les médias – j’ai lu le coup de gueule de Stéphane Baillargeon à propos de la «madamisation» de nos médias, publié lundi matin dans Le Devoir. C’est probablement parce que c’est un coup de gueule que le texte perd en nuances, en dénonçant «l’institutionnalisation médiatique de la bourgeoise, de l’arriviste et de la faiseuse» et en parlant de tout ce qui se passe le jour, à la radio et à la télé québécoise, comme les symptômes d’une «maladie» (la madamisation) qui gagnerait graduellement toute la radio et la télé, au moment même où meurt de sa belle mort le vénérable magazine Madame (au Foyer).

Le texte est tellement perclu de condescendance (ne serait-ce que par le terme de madamisation), de raccourcis et de généralisations qu’il faudrait écrire un texte trois fois plus long pour venir à bout de faire les nuances et de contrer certaines attaques carrément injustes, qui jugent le tout d’un bloc, en ne faisant des reproches qu’à quelques parties. Sans compter le fait que le texte entend juger “les médias” en ne traitant essentiellement que de Radio-Canada (avec un petite remarque en passant sur TVA et les magazines féminins). Il faudrait porter un regard un peu plus large sur la question avant de déclarer l’amincissement général des contenus.

Le problème de cette chronique est-il avant tout une question de forme et de ton, comme l’écrit Patrick Lagacé sur son blogue? C’est une partie du problème, oui, mais ce n’est pas tout. C’est aussi une question de vision du monde.

Ce n’est pas que Stéphane Baillargeon ait tort sur toute la ligne. C’est vrai que nos médias ont des moments très, très soft, que des préoccupations un peu raréfiées prennent parfois une place excessive dans des cadres qui se veulent généralistes. C’est vrai qu’on soupire parfois en entendant Christiane Charette s’étonner en direct, devant Laure Waridel, en “apprenant” que les pommes du supermarché ne viennent pas toutes du Québec ou encore interrompre Gilbert Lavoie, chroniqueur politique émérite du Soleil, pour lui demander des nouvelles de cette chère “Michou”, la douce moitié du premier ministre, au moment où il cherche à expliquer les débats de fond ayant lieu à l’Assemblée nationale. C’est vrai que sa légèreté est parfois insoutenable, malgré le travail évident d’une solide équipe de recherchistes (et de réalisation) qui met passablement d’os et de viande dans l’émission, nonobstant les limites de l’animatrice.

Mais les moments les plus légers de Christiane Charette (elle en a de bons, aussi) et deux émissions télé du matin de Radio-Canada et TVA, même si on les additionne, ça ne représente pas “les médias”. Et surtout, ça ne représente pas une tendance lourde et inexorable vers un accroissement de la bêtise et de la vacuité des médias, par rapport à – comme le laisse entendre implicitement l’idée d’un processus de “madamisation/matantisation” – un passé meilleur et plus substantiel où on parlait, j’imagine, des “vraies affaires”. Vous savez, ces “vraies affaires” dont on devrait toujours parler mais dont on ne parle pourtant jamais?

C’est clair, le monde s’en va sur la bum. La télé n’est plus ce qu’elle était – et toute notre société avec.

Voyons donc.

Les Tannants, une émission d'avant la «madamisation» des médias, supposément

Quand j’étais jeune, l’émission de fin d’après-midi de TVA, c’était Les Tannants. Jeune ado, j’écoutais aussi parfois La fine cuisine d’Henri Bernard, où je me rappelle entre autres d’avoir appris à faire un gâteau Forêt Noire fort potable. Le matin, quand j’étais malade, je désespérais un peu des émissions de – j’ose à peine le dire – de madames qui occupaient les matinées, avec des conseils pour la maison, la consommation, la cuisine, la décoration, etc. Oh, et je lance un titre, comme ça: Garden Party. Et encore un autre: Parle parle, jase jase. Et tant qu’à y être, se souvient-on qu’Appelez-moi Lise comprenait le concours du plus bel homme au Canada?

Alors, vous pensez toujours qu’elle se madamise, la télévision – et en particulier, la télévision de jour? Et si oui, par rapport à quoi? Ce n’est pas comme si la télé – et la radio – de jour ont toujours été un rendez-vous de journalisme d’enquête et de débats publics profonds et réfléchis. Il y a bien eu Indicatif Présent – et surtout l’Indicatif présent des dernières années -, mais si on s’en rappelle autant, c’est justement parce que c’était exceptionnel. Ce n’est pas linéaire, tout ça.

Cette vision des choses qui rempirent sans cesse n’est pas exclusive aux propos sur la télé, bien entendu. On la voit quand on parle d’éducation (les étudiants sont mal formés, dit-on, en oubliant qu’à l’époque du cours classique, on en formait tellement peu) de littérature (les gens ne lisent plus – mais lisaient-ils tant que ça il y a cinquante ans?), de sport (le hockey d’aujourd’hui est trop dilué, dit-on en pensant à l’époque glorieuse des Glorieux, en oubliant des équipes poches comme les Golden Seals ou les Barons de Cleveland, dans les années où la coupe aboutissait constamment à Montréal), la criminalité violente (en baisse depuis belle lurette, alors qu’on en parle, surtout si on est Conservateur, comme si elle était en hausse constante), etc. Un peu de perspective, de grâce.

Encore une fois, ce n’est pas linéaire, tout ça. Les insatisfactions du présent ne sont pas l’aboutissement d’un mouvement de déchéance, l’étiolement progressif d’un passé glorieux. Il ne faut pas tout confondre.

Posted in français | Tagged , , , , , , | 5 Responses

Toronto City Hall: an Instagram study in light

Back in January, when I spent a couple of days in Toronto, I wound up with a great view of Toronto City Hall and Nathan Phillips Square from my hotel room window. And as I came back to the room at different times of day and night, I took a series of pictures of the view from the hotel, creating a very simple study in light – and of the effects of an insufficient ventilation system and window insulation on the view.

Looking back through my photographs, very recently, I figured it would be nice to put them up together online. So here they are.

All these pictures were taken using one of my favorite apps, Instagr.am, on the iPhone 4, with the filters helping to highlight the mood of the different times of day and night. Enjoy.

Posted in English | Tagged , , , , , , | 4 Responses

Think Different: Read the Arts & Letters Daily

To me, this is one of the most dangerous web sites around. It threatens to swallow me whole regularly, when I go back to its text-only succession of short paragraphs, set into three columns.

Doesn’t sound terribly exciting, when you describe it that way, right? Yet those tiny paragraphs are terrific teasers, wonderful windows into vast vistas of thinking.

Since 1998, the Arts & Letters Daily, founded by New Zealand philosopher and polymath Denis Dutton (who sadly passed away last December, at only 66 years old), has been churning out hundreds and hundreds of these smart and witty introductions to some truly awesome online content. Reviews of remarkable new books, essays about politics, humor, technology, social mores, reports on the arts, philosophy, fashion, food, culture, religion, economics – you name it, Arts & Letters Daily’s got it.

And it presents its material really well. Take this one teaser:

Apple sells more than sleekly designed toys; it sells a way of life. Call it Appleism. Google calls it a competitive threat… more»

Or this rather provocative one:

Natural is not always good. Nature is in fact cruel, brutal, and odious; and living naturally is an ugly, amoral, and awful business… more»

And also this:

Among other faults, Mao lacked a sense of humor. Sarcasm, parody, and mockery were snuffed out of communist China. Irony, however, is now making a comeback… more»

This morning, a great interview between British historian Eric Hobsbawm and young Labour MP Tristram Hunt quickly caught my attention. As did an article on Frank Sinatra, another one about Claude Lévi-Strauss and, looking back, one I’d missed about the shades of blue in the Hope Diamond.

I’ve always been a generalist, curious about everything, always willing to entertain a new point of view on social, political, cultural issues and more. And that’s why Arts & Letters Daily is so dangerous for me – in a very stimulating, but potentially schedule-smashing way. There’s always more great stuff to read than I have time for.

And that’s the way it should always be, to keep us on our toes, looking at all the great thinking going on out there, making us aware of just how rich and nuanced, provocative and lively human science, art and imagination can be.

My New Year’s resolution was to go back more regularly to A&L Daily, and I must say that I have managed to, without screwing up my deadlines too much more than usual.

And I’m enjoying it enough to tell you to go ahead and live dangerously: read the Arts & Letters Daily… well, daily.

By the way, they’re also on Twitter, if you need them to call to your attention in a social-media kind of way.

Posted in English | Tagged , , , , , | 2 Responses

Instagramez-vous? Photos, filtres et émulation mobile

C’est tout simple, et pourtant ça change votre façon de faire de la photo. Ça s’appelle instagr.am et ça regroupe, en réseaux petits, moyens et grands, un million d’utilisateurs attirés par la simplicité et l’élégance de l’application. Et par la capacité de partager ses clichés avec ses amis, de façon simple et conviviale.

La "fêve" et la galette des rois, passée au filtre Instagram

Je ne vous ferai pas la description exhaustive du fonctionnement, Laurent Lasalle l’a très bien fait sur le blogue techno de Radio-Canada.

En une phrase, Instagram utilise la caméra du iPhone, traite les photos en format carré – un format rare que je ne retrouve autrement que sur une caméra Rollei des années 60 ou sur des polaroids “analogues”  - et offre une série de filtres et d’effets permettant de donner à ses images toute une gamme de contrastes et d’effets souvent surannées. Comme une poésie des clichés d’antan, sur un instrument à la fine pointe de la technologie.

Un petit piano en chocolat, avec ça?

Grâce à ses possibilités techniques et graphiques, Instagr.am suscite des occasions de photographier, de créer des images intéressantes, parfois même captivantes, à partir de scènes parfois très quelconques, a priori. Plus de contraste, moins de contraste, couleurs chaudes ou froides, noir et blanc, tout ça permet de sculpter l’image facilement, sans avoir à maîtriser toutes les nuances de Photoshop.

Une ancienne église à Hillier, Prince Edward County, Ontario

Et puisque les photos sont partagées entre amis et connaissances, sur un réseau social exclusif au iPhone d’abord, puis sur Twitter, Facebook et cie ensuite, si vous le souhaitez, vous obtenez à la fois une interaction sociale sympathique et une émulation photographique stimulante. En voyant ce qu’a fait l’une ou l’autre avec tel type de scène, on trouve des idées, des manières de mettre à profit l’appareil et l’application.

Même que ça peut créer des interactions directes, dans la vraie vie, comme le 5 à 7 qui se déroule précisément au moment où j’écris ces lignes, soit la première rencontre du groupe Facebook Instagram Québec au Cercle, dans Saint-Roch. Étant à Toronto, je n’y serai pas en personne, mais en partageant des photos sur Instagr.am.

Et si vous voulez voir un peu plus les possibilités de cet outil vraiment convivial et esthétique, vous pouvez aussi aller jeter un coup d’oeil à la galerie Flickr que j’ai créé en rassemblant quelques uns de mes instagrammes des derniers mois.

On vous revoit sur Instagram?

Posted in français | Tagged , , , , , , , , , , | 1 Response